Dans notre quête d'authenticité et d'accomplissement de notre être, l'alimentation doit trouver sa place. C'est en ce sens qu'Hélène Péronne et Ghislaine Régent nous proposaient des réflexions et des recettes à la fin du n° 39 de la Voix d'Assise en septembre 2007.

 

Manger juste et se régaler !

 

Courses au supermarché, Ghilaine Cacot, Centre AssiseIl n'est jamais superflu de nous rappeler l'importance d'une alimentation saine pour notre équilibre vital. "Bien manger c'est le début du bonheur !" dit un slogan publicitaire à la mode. Chacun de nous, à sa manière, fait l'expérience du bien-être, ou au contraire du malaise physique (et moral par voie de conséquence) qui résulte de bonnes ou de mauvaises habitudes alimentaires.

Plus profondément, le souci de "manger juste" contribue à la cohérence des trois aspects de nous-même qu'Assise nous aide à unifier : le corps, la psyché, l'esprit. De même qu'en zazen nous sommes attentifs à notre respiration, nous avons à devenir "présents" à ce que nous mangeons.

Manger "en conscience", c'est ne pas manger n'importe quoi, mais respecter la terre qui nous nourrit, rendre grâce pour ce qu'elle nous offre. C'est aussi avoir du respect pour nous-même, notre propre corps, sa constitution, ses besoins, ses rythmes. Sans nous condamner pour nos fragilités liées à la nourriture (rarement dues à un simple "manque de volonté"), nous pouvons, avec bienveillance envers nous-même, entrer peu à peu dans un rapport plus juste, plus vrai, avec elle. Tant de petits pas sont possibles en ce domaine !

Dans notre quête d'authenticité et d'accomplissement de notre être, l'alimentation doit trouver sa place : ni trop importante, jusqu'à devenir obsessionnelle, ni trop insignifiante. Elle traduit et conditionne notre relation à notre corps, et par lui à notre nature profonde.

Manger juste n'exclut pas de "se faire plaisir", bien au contraire. Quels que soient nos impératifs de santé, il existe toujours des moyens de nous régaler. L'alimentation ne doit pas être une source de frustration, mais se recevoir avec joie. Ainsi contribuera-t-elle de manière positive à notre épanouissement et à la qualité de notre présence au monde.

C'est dans cet esprit que nous vous proposons deux recettes "de saison" !

Hélène Péronne et Ghislaine Régent

 

Curry de pommes

     6 pommes pelées et hachées
     2 gros oignons hachés
     2 gousses d'ail écrasées
     environ 4 cuillères à café de curry
     6 à 8 cuillères à café de raisins secs
     jus de citron, sel (en fin de cuisson). Poivre éventuellement.

Faire fondre tous les ingrédients dans une casserole à fond épais jusqu'à consistance d'une purée (compote) où ail et oignons seront bien cuits.

 Accompagne les lentilles ; peut s'accommoder d'autres légumineuses et céréales.

Convient bien à la congélation.

Apporte chaleur et dépaysement aux menus d'hiver.

 

PotimarronCrème de potimarron (pour 4 personnes)

Préparation 30 mn, cuisson 30 à 45 minutes.

Ingrédients :
1 potimarron, 1 gros oignon, 3 gousses d'ail, noix de muscade, cannelle en poudre, sel marin aux herbes (facultatif), 2 packs de 20 cl de crème cuisine Soja (à température ambiante ou mieux tiédie au bain-marie).

Préparation :
1. Couper le potimarron en 8 tranches. Ôter les graines. Trancher chaque morceau en très fines lamelles. Hacher de même ail et oignon.

2. Mettre un peu d'eau dans une casserole à fond très épais (type Baumstal) et superposer 4 couches de potimarron, chacune saupoudrée de muscade, cannelle, ail et oignon.

3. Cuire à feu très doux 30 à 45 mn.

4. Au moment de servir, mélanger avec la crème cuisine Soja.

Délicieusement onctueux ! S'accommode bien avec une portion de Kasha (sarrazin grillé) vapeur ou d'orge aux noisettes.

Version hyperprotéinée en mélangeant 2 jaunes d'œufs frais.

Délicieux plat d'automne avec quelques châtaignes grillées.

Bon appétit!

Recettes proposées par Hélène Péronne