10 décembre 2018

Thomas Merton (1915-1968) moine trappiste, auteur à succès et ermite, pionnier du dialogue avec le bouddhisme et pacifiste

  Le 10 décembre 2018 marquera le 50e anniversaire du décès de Thomas Merton. Franco-Américain, après une jeunesse agitée, il se convertit au catholicisme à 23 ans, et, trois ans plus tard, fait le choix de la vie monastique. Plusieurs de ses livres ont été traduits en français, mais une grande partie de son journal n'est pas encore traduit, nous n'avons donc pas fini de découvrir sa pensée. Il est un des pionniers du dialogue inter-monastique de l'Évangile avec l'Asie, c'est d'ailleurs dans ce cadre qu'il est mort... [Lire la suite]

16 décembre 2018

Jean Tauler et la naissance de Dieu en toi, Sermon pour la fête de Noël commenté par Bernard Durel, dominicain

« Bernard Durel, prêtre dominicain, a déjà fait un long parcours spirituel qui l'a conduit, en passant par le centre de Rütte (créé par Graf Dürckheim) et le zen qu'il enseigne toujours, à s'intéresser à la mystique rhéno-flamande. » Telle était la présentation qui figurait au début de l'invitation au week-end du 10-11 décembre 1994 organisé au Centre Assise et animé par B. Durel sur le thème " Jean Tauler et la naissance de Dieu en toi". De Tauler B. Durel a lu, entre autres, le Sermon pour la fête de Noël. Du fait qu'il ne reste... [Lire la suite]
08 juin 2019

Itinéraire de K-G Dürckheim écrit par B. Durel, dominicain qui pratique le zen, puis interview de B. Durel, articles de 1989

La revue "Il est une foi" – qui a existé de 1989 à 1992[1] – a fait paraître un dossier sur l'Asie religieuse en France" peu après la mort de K-G Dürckheim survenue le 28 décembre 1988, donc il y a trente ans de cela. Voici deux extraits de ce dossier : "Dürckheim, un passeur entre l'Orient et l'Occident, vient de mourir. Bernard Durel nous retrace son itinéraire". "Bernard Durel, dominicain, pratique le zazen", Propos recueillis  par Agnès Rochefort-Turquin [B Durel est venu au zazen par Dürckheim entre autres] ; Dans... [Lire la suite]
23 septembre 2019

L'énigme posée par le kôan “Qui suis-je ?” et la rencontre du Christ comme dissolution de la question. D'après B. Durel

« L'Occident – plus particulièrement le christianisme – a beaucoup insisté sur la relation, en particulier la relation aux autres. C'est surtout là-dessus qu'on faisait porter notre effort et nos questions – “comment aider les pauvres ?”… –, mais en évacuant un peu ce qui est pourtant excessivement important, à savoir : “Qui suis-je ?” “Quelle est mon identité ?” Or il est paradoxal d'apprendre que la question “Qui suis-je ?” nous vient de l'Extrême-Orient et plus particulièrement de Ramana Maharshi… » (Jacques Breton, "Être... [Lire la suite]