Hildegard Wiedemann est thérapeute dans la tradition de la thérapie initiatique de Graf Dürckheim et de sa femme Maria Hippius, dont elle fut la collaboratrice. Le conte peut devenir pour chacun une expérience vivante et personnelle grâce aux jeux de rôles, à la danse, aux constellations et aux dessins, qui sont inspirés du vécu. Hildegard a souvent animé des stages au Centre Assise, à Saint-Gervais (Val d'Oise), le prochain a lieu du 25 au 27 novembre 2022 : Constellations, danse et dessin avec Hildegard Wiedemann..

 

 

Hildegard Wiedermann, art-thérapie pour tous

Introduction d'Hildegard Wiedemann

 

Quelqu'un m'a dit : « Oh, vous écrivez un livre !
Est-ce qu'on y parle de Dieu et du monde ? »
« Oui, en y parle de Dieu dans le monde ! »

 

Enfant, je me sentais emplie d'une profonde piété. Je me rappelle certains moments à l'église, aux côtés de ma mère, où nous chantions toutes deux. Il me semblait alors que l'église devenait soudain très vaste et je n'entendais plus que la musique et ce chant immense. À l'adolescence, la raison m'a amené à douter de nombreux enseignements de l'Église. Je cherchais auprès d'elle une réponse aux questions existentielles que je me posais. Faute d'en trouver, j'ai pris mes distances par rapport à l'Église, puis ai commencé, durant mes études, à faire de la méditation. Ensuite, je suis allée consulter Graf Dürckheim avec mon lot de questions et ai suivi une formation en thérapie initiatique dans son Institut – je reviendrai plus en détail sur ce point au chapitre 1. Le travail réalisé avec les diverses méthodes de la thérapie initiatique a déclenché en moi un processus me conduisant jusque dans la profondeur de mon être. J'ai vécu des instants où l'espace et le temps semblaient disparaître, j'éprouvais alors une paix et une quiétude profondes. Je sentais pulser en moi la phrase « Je suis » et quelque chose, d'une dimension infiniment plus vaste que moi, me traversait. J'ai alors pris conscience qu'enfant déjà, j'avais vécu de tels moments lorsque la sensation du temps et de l'espace disparaissait et que je percevais une sorte de présence, au moment où les chants s'élevaient dans l'église.

Cette expérience et la pratique de la prière du cœur, enseignée par Graf Dürckheim, ont formé une arche vivante me reliant à mon éducation chrétienne.

L'expérience consciente de cet état d'être hors du temps m'a transformée. Elle est devenue le fondement de ma vie. Même dans les instants où je suis fermée à la perception de cette présence, je sais qu'elle est là et peut ainsi m'y relier. Ainsi est née en moi une confiance profonde qui me soutient dans ma vie privée comme dans mon travail d'accompagnement des personnes.

À l'issue de mes études et de mes stages, j'ai été de 1975 à 1995 l'élève et la collaboratrice de Graf Dürckheim et de son épouse, Maria Hippius, comtesse Dürckheim. J'ai travaillé avec la peinture à doigts, le dessin méditatif, et ai développé le « travail initiatique avec les contes et les mythes » […]. L'élément déclencheur de ce travail a été l'interprétation d'un conte que j'avais entendue lors d'un stage en 1977 et qui m'avait profondément émue. J'ai alors commencé à travailler les contes en faisant des dessins des scènes qui trouvaient une résonance en moi. Ces dessins révélaient certes des thèmes liés à ma biographie, mais aussi des messages de mon âme.

J'ai aussi découvert dans les contes des forces mystérieuses et des personnages capables de me soutenir dans la vie quotidienne. Je me suis intéressée aux images archétypales et aux symboles. C'est en lisant les ouvrages de C. G. Jung et en effectuant une analyse didactique auprès du Prof. et Dr Ingrid Riedel que j'ai appris à en déchiffrer le sens

 

La langue très imagée des contes fait naître chez bien des personnes des images intérieures touchant les niveaux inconscients de leur psychisme. Les contes parlent de personnages extraordinaires, tels que des nains, des dragons et des sorcières. De façon imagée, ils parlent d'une force surnaturelle qui rencontre l'être humain et le pousse à évoluer. Les contes sont empreints d'une profonde sagesse qui nourrit et donne une orientation à l'âme.

Le travail avec les contes peut nous amener à vivre en l'Être que nous sommes en profondeur, à nous relier à une force qui nous dépasse et à nous en nourrir. Il renforce la confiance que quelque chose de plus grand et secourables se trouve en chaque être humain et dans la vie. Souhaitant offrir à d'autres la possibilité de vivre ce type d'expérience, j'ai commencé, en 1978, à animer des groupes de travail initiatique avec les contes. Depuis 2003, j'offre également des formations en trois ans fondées sur le travail initiatique avec les contes et les mythes, ainsi que sur la thérapie des contes, qui permettent aux participants de vivre un processus thérapeutique intense.

 

En général les contes décrivent le processus de développement du personnage principal, celui du héros ou de l'héroïne. En écoutant le conte, la personne s'identifie à ce personnage. Inconsciemment, son désir de devenir, comme le héros du conte, l'Être qu'elle est profondément est activé.

Les contes commencent par exposer un problème qui, au fil du récit, trouvera sa solution. Ils se concluent par une image symbolisant la résolution du problème, en général le mariage, symbole de l'amour qui circule. Le processus est le même en travail systémique. Le tableau du début expose la problématique du conte et le tableau final la solution d'un système dans lequel l'amour relie les êtres.

De 1987 à 1990, je me suis initiée à l'approche systématique lors du Congrès annuel à Lindau de la Société internationale de psychologie des profondeurs. Bert Hellinger animait alors les ateliers de l'après-midi. Très impressionnée par les effets obtenus par l'approche classique des constellations familiales en termes de guérison et de résolution de problèmes, je décidai d'entreprendre une formation auprès de lui. Par la suite, j'ai progressivement intégré cette approche dans mes stages de « Travail initiatique avec les contes et les mythes ». Cependant, la méthode de Bert Hellinger m'est souvent apparue trop apodictique, c'est la raison pour laquelle j'ai suivi, à partir de 1995, les stages de Jacob Schneider, afin d'approfondir mes connaissances en travail systémique.

 

Dans le premier chapitre de ce livre, je présenterai, de manière générale, le chemin d'individuation, fondement du « Travail initiatique avec les contes et les mythes ». Il s'agit d'un processus durant lequel l'animateur et les participants sont centrés sur l'essence de chaque individu et sur le mystère de la vie. Au cours de ce travail, les participants sont amenés à prendre conscience de leur potentiel ainsi que des obstacles les empêchant de l'exploiter. La confiance en leur capacité à accomplir leur mission individuelle dans la vie grandit au fur et à mesure qu'ils s'identifient au héros ou à l'héroïne du conte qui avance avec courage sur son chemin.
Dans le deuxième chapitre, je décrirai les différentes étapes du chemin d'évolution, en les illustrant par deux contes.
Le troisième chapitre traitera de la manière de travailler un conte en groupe ; on y trouvera des indications pratiques et leurs possibilités d'application.
Dans le quatrième chapitre, j'exposerai les différentes méthodes de travail sur lesquelles s'appuie le travail initiatique avec les contes en groupe. L'une d'elles est la constellation du système familial du conte. On utilise pour cela des représentants ou des ancrages au sol. La description de ces quelques méthodes de travail sera illustrée par quelques exemples de cas concrets.
Dans le cinquième et dernier chapitre, on trouvera trois compte rendus de stages, illustrant le mode d'utilisation et les effets des approches de la psychologie des profondeurs ainsi que ceux de la thérapie systémique.

La plupart des chapitres constituent des entités indépendantes et peuvent donc être lus séparément. On trouvera, en annexe, quelques suggestions permettant de comprendre les symboles des contes, une liste de contes classés par thèmes, ainsi qu'un document de travail intitulé « Modèle de travail permettant de mieux comprendre l'architecture de l'âme ».

Par souci de simplicité, j'ai généralement opté pour la forme masculine, il sera ainsi question « du héros » ou « du participant ». Il conviendra d'entendre, dans tous les cas, « l'être humain » en tant qu'« homme » et « femme ».

[…]

 

Ce livre s'adresse aux personnes qui sont en chemin vers leur être essentiel, aux écoliers et aux thérapeutes, ainsi qu'à tous ceux qui apprécient la profonde sagesse des contes. Je souhaite à tous de trouver dans cet ouvrage des suggestions qui leur permettront de progresser sur leur chemin de vie ou dans leurs activités professionnelles.

 

H Wiedemann, Travail initiatique