04 mars 2018

Présentation du livre de G. Dürckheim "L'homme et sa double origine" par Jacques Breton en 1978, revue Le Supplément du Cerf

« L'homme a une double origine : l'une céleste, l'autre terrestre ; l'une naturelle, l'autre surnaturelle. Nous connaissons tous cet axiome. Mais que faire pour le prendre sérieusement comme l'expression d'une promesse, d'une expérience et d'une vocation ? K.G. Dürckheim tente ici de répondre à cette question qui engage toute la vie, en s'appuyant sur sa longue expérience de thérapeute, et sans jamais séparer la question du sens de l'homme (sa dimension transcendante) de la méditation qui permet à chacun de se... [Lire la suite]

11 avril 2018

Entretien avec K. G. Dürckheim paru dans un cahier publié en 1986

La rencontre de K. G. Dürckheim a été déterminante pour Jacques Breton et pour beaucoup d'autres (Bernard Rérolle, Benoît Billot, Bernard Durel, Alphonse Goettmann, Christiane Singer, Maître Noro...). Dans les écrits de Jacques Breton déjà parus sur le blog il est questioon de Dürckheim à plusieurs reprises, de même que dans les messages sur les thérapies qui sont proposés au centre Assise, centre que Jacques Breton a créé. Il a semblé bon de donner la parole à Dürckheim lui-même en choisissant un article un peu inédit. C'est grâce à... [Lire la suite]
Posté par sangaku à 07:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
10 mai 2018

La méditation comme exercice initiatique, Karlfried Graf Dürckheim. Traduction partielle d'Albert-Marie Besnard parue en 1977

  Les livres de Graf Dürckheim sont parus en allemand avant d'être traduits en français. Bien évidemment une traduction n'est jamais l'équivalent de l'original, ceci est particulièrement vrai pour Dürckheim qui, pour éviter des mots comme celui de "Dieu" utilisait d'autres mots, en particulier Wesen que certains traduisent par "être" et d'autres par "être essentiel".  Il a donc semblé intéressant d'avoir une autre traduction que celle de Catherine de Bose (traductrice de nombreux livres de Dürckheim) à propos de ce qu'il... [Lire la suite]
13 juin 2018

La sagesse orientale du Munichois Karlfried Graf Dürckheim, interview du Monde Diplomatique du lundi 29 novembre 1982

Issu d'une vieille famille bavaroise, le psychologue Karlfried Graf Dürckheim s'est consacré à la connaissance - et à la pratique - de la vie spirituelle orientale. Son enseignement s'inspire directement de la méditation zen. Dans cette interview il parle de zen, de tir à l'arc, propose de mettre sa conscience dans la nque... et opère un certain nombres de différences : différence "corps qu'on a" et "corps qu'on est" ; différence entre "petit moi", "moi existentiel" et "être essentiel", entre yin et du yang... Il était allemand mais... [Lire la suite]
Posté par sangaku à 10:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
03 septembre 2018

Le conte zen "L'art merveilleux d'un chat", selon une version publiée par K. Graf Dürckheim

Le conte qui suit vient de l’école de sabre Ittô-ryû (一刀流) fondée au XVIIe siècle au Japon. Ce texte semble avoir servi d'enseignement secret pour la pratique du Zen. La présente version a été rapportée du Japon par Karlfried Graf Durckheim (traduction du japonais par Takeharu Teramoto puis traduction de l'allemand par Hella Lobstein). Le texte est paru dans le livre de K-G Dürckheim, Hara, Courrier du livre 1974, p.244- 252 ; repris tel quel dans Le maître spirituel selon les traditions d'Orient et d'Occident, Revue Hermès n° 3,... [Lire la suite]
24 novembre 2018

Dossier : Éveil des sens intérieurs et corps éthérique selon K G Dürckheim

Comme le dit Jacques Breton : « L'homme vit dans un espace limité et aspire à des espaces infinis où il pourrait se dilater. Si par notre corps nous occupons un certain lieu, nous ne pouvons être en différents endroits à la fois. […] Certes le corps ne se limite pas à son aspect physique. Il possède un certain rayonnement qui élargit son champ d'action, ce qu'on appelle le corps subtil, le corps éthérique. » ("Le corps, centre de la relation" dans "La voie de l'homme relié", Question de n°109). C'est chez K G Dürckheim que J. Breton... [Lire la suite]